Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre

ANALYSE DE L'ACTIVITE D'ENSEIGNANTS

EN ETUDE DE LA LANGUE

La Médiation grammaticale en école élementaire en résumé

Nous allons reprendre ici, comme synthèse, l’ensemble de nos résultats et ouvrir notre problématique vers des horizons de développement de la conceptualisation et de formation professionnelle des enseignants. Nos conclusions sont vraisemblablement provisoires, puisque nous avons accédé à dix-huit pratiques enseignantes qui ne sont pas forcément représentatives de l’ensemble des classes de grammaire sur l’hexagone. Nos conclusions sur la manière d’entreprendre la médiation grammaticale relèvent donc de nos observations, cela étant, plus ou moins généralisables, dans l’état actuel de notre recherche en ce domaine. Le métier d’enseignant représente une activité professionnelle particulièrement difficile à analyser : si la place des savoirs à transmettre occupe une position importante, c’est en même temps un métier très empirique constitué de tâches prescrites très générales, de compétences mobilisées acquises sur le tas, de savoirs d’action non conscients et assez nombreux. C’est un métier où l’agir communicationnel prime, les échanges de parole sont très nombreux (d’où le recours dans certaines études à la pragmatique linguistique pour analyser certains protocoles). C’est un métier qui vise la formation des individus, une fonction sociétale essentielle. L’activité enseignante relève d’une double temporalité : elle porte à la fois sur du court terme et sur du long terme. C’est à la fois la gestion d’une heure de cours et l’assimilation d’un savoir par des élèves dont l’évaluation exige un trimestre, une année scolaire, l’ensemble d’un cycle sur plusieurs années. En ce sens, l’école est un lieu où est prise en charge la conceptualisation, un espace de transactions maître-élèves, élèves-savoirs, réussite et compréhension. On y distingue les temps didactiques et les temps cognitifs, lesquels ne se superposent pas. Pas plus, ne coïncident les activités scolaires et la conceptualisation, car la tâche scolaire est un prétexte (une activité productive) à l’activité constructive d’apprentissage. Un prétexte cependant nécessaire et incontournable. Il s’agit de viser un but d’apprentissage-développement par le truchement d’une tâche qui le suscite. L’enrôlement dans la tâche, la définition du jeu, les régulations lors des manipulations ou des exercices ne sont aussi que des moyens au service d’un apprentissage, qui donnent sens aux activités scolaires qui en sont dépourvues en elles-mêmes. Les buts de l’activité constructive de développement sont trop lointains ou aléatoires pour être des éléments régulateurs de l’activité enseignante ; c’est paradoxalement la tâche scolaire qui sert de régulation aux activités de classe, non l’apprentissage produit, in fine. Avec Pastré, nous pensons que l’objet placé dans les interactions de classe entre le professeur et les élèves semble un objet « hybride » avec deux faces : une face « connaissance » qui correspond aux régularités ou procédures permettant aux élèves de réussir sans forcément comprendre, et une face « savoir » où le maître va effectuer une proposition de tâches suffisantes pour mobiliser le savoir visé comme moyen le plus efficient et évident pour résoudre le problème posé et obtenir une parfaite adéquation entre la réussite et l’assimilation d’un savoir. Notre recherche a tenté d'éclairer les « épisodes de glissement conceptuel » dans lesquels les professeurs des écoles développent à ces instants-là un agir « critique » , une « compétence critique » qui va permettre une adéquation entre la réussite et l’assimilation du savoir. C’est un « geste professionnel » particulier : un geste de conduite au glissement conceptuel qui est un geste professionnel d’étayage.

Les gestes professionnels des enseignants sont des outils d’ajustement à la situation de classe. Ils sont pilotés et régulés par des logiques identitaires des sujets et des logiques configurationnelles des savoirs. Ils prennent sens au sein d’un dispositif didactique mené dans un environnement dynamique ouvert1 , qui est structuré par la tâche scolaire qui pilote la classe2 (une interface entre gestions de classe et gestions des savoirs), des savoirs didactiques3 transposés, planifiés, organisés, redéfinis selon les caractéristiques des écoliers et de la classe, et un agir communicationnel4 dont les interactions maîtres/élèves structurent une dynamique d'apprentissage avec ses phases de rupture et de bonds cognitifs dans une perspective de coactivité maître/élèves, de co-procédure, de co-construction du savoir. L’analyse du travail enseignant ne peut se penser sans une analyse des gestes professionnels. Schneuwly5 considère ces gestes, fondateurs de l’activité enseignante, comme une porte d’entrée pour analyser les objets enseignés, et du coup, selon les attitudes adoptées par les professeurs, inférons-nous, pour analyser leur professionnalité. Car le but de l’enseignement se trouve dans la construction par l’élève d’un objet (de savoir) enseigné en un objet (de savoir) appris. La didactique du maître n’est pas pensable sans prise en compte de la structure d’un savoir comme facteur essentiel. La question est d’analyser les pratiques d’enseignement du point de vue des contenus enseignés.

 

Eléments de compréhension de la didactique grammaticale en école élémentaire

Nous résumons notre caractérisation de la médiation grammaticale en école élémentaire, en ces termes généraux :

-->  relevant d’hypothèses générales, d’après la didactique professionnelle, nous observons :

- Un genre commun à l’enseignement de la grammaire: un jeu d’apprentissage de la grammaire qui est un genre partagé par les maîtres de grammaire,

- Une structure conceptuelle de la situation organisée par deux concepts :

- le concept organisateur de glissement conceptuel,

- le concept organisateur d’ajustement.

- Des stratégies individuelles pour faire apprendre la grammaire en école élémentaire (en lien avec des représentations personnelles et un bagage syntaxique), qui trouvent leurs origines dans les modèles opératifs des acteurs.

 

---> relevant d’hypothèses sur le domaine de la grammaire, nous remarquons :

- Des épisodes de glissement conceptuel, instanciations de la secondarisation, indicateurs d’un mouvement de décontextualisation vers une finalité autre : l’assimilation conceptuelle d’un savoir formel sur la langue, permettant d’inférer un apprentissage ;

- Une conceptualisation progressive avec des paliers de conceptualisation (en relation avec des strates définitionnelles, de méta/épi langage et d’analyse des phrases) ;

- Une conceptualisation grammaticale longue sur plusieurs années avec des objets et concepts grammaticaux en étroites connexions formant un champ conceptuel d’apprentissage grammatical. 

Plus spécifiquement, tout cela appelle les remarques suivantes.

   Gestes professionnels et premier concept de glissement conceptuel :

Nous avons observé, dans notre étude sur la médiation enseignante, que nous retrouvons bien, d’une part, les 4 gestes professionnels fondamentaux identifiés par Sensevy (définition, dévolution, régulation, institutionnalisation) et d’autre part, ce qui donne sens et unité à l’enseignement de la grammaire par rapport à ces 4 gestes : le concept organisateur de glissement conceptuel, premier concept organisant la structure conceptuelle. Nous définissons le glissement conceptuel comme le processus de secondarisation à l’œuvre dans l’enseignement de la grammaire : c’est lui qui donne sens aux 4 gestes professionnels. Peutêtre, pourrions-nous déterminer à l’avenir une généricité de ce « glissement conceptuel » dans d’autres domaines d’apprentissage. Cette transférabilité du concept nous amènerait alors à considérer le geste d’étayage au glissement conceptuel comme un geste professionnel caractéristique de la didactique, en général. Cela n’est qu’une nouvelle hypothèse, une nouvelle perspective. 2/ Deuxième concept organisateur, l’ajustement : Nous avons aussi noté l’ajustement comme deuxième concept organisateur de notre structure conceptuelle. Si le premier concept organisateur est en relation avec la topogénèse, ce second est lié à la chronogénèse. Les maîtres de grammaire doivent ajuster leur didactique : à trois types de grammaire correspondent trois niveaux de classe. La grammaire en école élémentaire nous apparaît comme un enseignement hiérarchisé entre une grammaire intuitive au CP, une grammaire implicite au CE et une grammaire explicite au CM, signifiant que l’on n’enseigne pas pareillement, ni les mêmes choses, ni la même complexité selon les classes d’âge. Il y a un nécessaire ajustement des enseignants du type de grammaire au niveau de la classe. Les concepts organisateurs de glissement et d’ajustement constituent le noyau de la structure conceptuelle de la situation.

  Un genre professionnel partagé

Revenant au paradigme méthodologique de base de la Didactique Professionnelle, rappelons brièvement qu’on commence par identifier la structure conceptuelle de la situation (SCS), puis qu’on regarde les modèles opératifs des acteurs (à travers les stratégies qu’ils mobilisent). Le premier moment donne l’invariance qu’on retrouve chez tous les acteurs, dans toutes les classes de grammaire ; le second moment décrit les ajustements personnels. Or ici apparaît un niveau intermédiaire, qu’on peut rattacher aux genres historiques de Clot : tout se passe comme si l’histoire de l’enseignement de la grammaire avait « poussé » à la mise en place d’une manière partagée de faire une leçon de grammaire, comme si l’histoire avait conduit à l’écriture d’un scénario partagé de la classe grammaticale. C’est une manière de comprendre les 4 gestes professionnels de Sensevy. Du reste, nos analyses soulignent bien l’existence de ce genre commun à tous les objets d’enseignement grammatical. Un canevas commun, un script où s’observent certaines régularités, certaines phases d’enseignement communes. Ainsi, retrouvons-nous dans toutes les classes, des moments de définition du jeu (ou énonciation de la tâche scolaire), de dévolution par les élèves (appropriation des enjeux d’apprentissage), de régulation des interactions et d’institutionnalisation des objets de savoirs enseignés. Ce genre commun à tous les enseignants n’exclut pas la singularité des pratiques enseignantes liées à des stratégies individuelles issues d’un modèle opératif de l’acteur qui s’approprie à sa manière la structure conceptuelle de situation d’apprentissage / enseignement en question. Le fait de faire l’hypothèse d’un genre professionnel partagé nous permet de mieux comprendre un fait paradoxal : il est en effet assez difficile d’avoir accès aux stratégies personnelles des enseignants (ce que Bucheton appelle des « gestes d’ajustement » en les différenciant des gestes professionnels de base). Tout s’effectue comme si les enseignants observés respectaient une manière commune de faire et ne l’ajustaient qu’à la marge à leurs propres préoccupations et motivations.

(...)

  La question de l’objet à enseigner « grammaire »

Schneuwly souligne que tout objet à enseigner fait partie d’un autre qui l’englobe. Ce qui est particulièrement exact en grammaire. L’objet « grammaire » a la particularité d’être très difficile à découper. Certes on peut isoler les marques du genre et du nombre. Mais, par exemple, on ne peut aborder le sujet ou le verbe, ou le groupe sujet et le groupe verbal sans se référer à la structure de la phrase. La partie grammaticale s’examine toujours d’une manière ou d’une autre en fonction de l’ensemble. De même, les choses ne sont pas toujours clivées. Entre la nature et la fonction d’un élément linguistique, la correspondance n’est pas biunivoque, puisqu’un élément d’une nature donnée peut avoir plusieurs fonctions (par exemple : un adjectif peut être attribut ou épithète). Inversement, une même fonction peut être assurée par des éléments de nature différente (« un sujet peut se réaliser sous la forme d’un pronom, d’un syntagme nominal, d’une proposition complétive ou d’une construction infinitive »)6 . L’objet grammatical à enseigner n’est découpable que jusqu’à un certain point. La perspective globale est toujours plus ou moins présente en grammaire. On pourrait rapprocher cela de l’ajustement à la chronogénèse : comme on ne peut pas isoler complètement certaines notions, la progression va se faire selon le mode de grammaire utilisé : de l’implicite à l’explicite. Finalement, l’objet à enseigner ne peut pas être réduit à la notion : on ne comprend la notion de sujet que référée à ce qu’est une phrase (qui elle-même s’insère dans un texte). C’est probablement une spécificité de l’objet « grammaire » qui est formé d’un ensemble de concepts emboîtés, tous en très étroite connexion, fort difficilement « élémentarisables ».

   Perspectives de réflexion sur la norme, le jeu, l’analyse

Les théories de Winicott (dont la réflexion engage à penser la conceptualisation) nous conduisent à examiner une autre perspective, trois dimensions dans l’apprentissage de la grammaire, trois dimensions toujours présentes, mais qui peuvent être valorisées par les enseignants de manière très différente : - la dimension « norme » : il y a des règles, qu’il faut respecter (« c’est comme ça »). Nous les observons dans les régulations en « c’est / c’est pas », les élèves s’appuient sur « ce qui peut se dire / ce qui ne peut pas se dire » et avec l’aide du maître recherchent les raisons du pourquoi « on peut dire / on ne peut pas dire ». Il y a la règle d’usage (à un niveau implicite de la grammaire) et la règle grammaticale (à un niveau explicite de la grammaire). D’où la dimension « juridique » comme axe central que l’on retrouve dans toutes les finalités d’enseignement de la grammaire, une dimension qu’on repère également dans certaines conceptions (cf. pages annexes sur cédérom) et qui explique sans doute, pour un certain nombre d’enseignants, le « désamour » pour la grammaire. - la dimension « jeu », au sens que Winnicott donne à ce terme : le jeu est comme représentatif de l’aire intermédiaire. Il permet aux élèves d’effectuer un passage du vécu intime à un vécu externe, de déplacer par le « jeu sur les mots » une compréhension « intime » du langage vers une compréhension « extériorisée » de soi de son langage. Le jeu offre la possibilité d’un décentrage du rapport à la langue que des manipulations favorisent. Il est très intéressant de constater qu’en grammaire on peut jouer avec les mots : faire des phrases boule de neige, déplacer, supprimer, transformer, etc. Le langage devient une aire de jeu qui permet son objectivation. Cela est très explicite dans certains protocoles (cf. Jean-Jacques, Jean-François, Pascale) - la dimension « analyse » : la grammaire permet d’analyser la langue en analysant des phrases. En faisant de la grammaire, les élèves apprennent donc l’analyse, l’art d’analyser des éléments du réel. Les écoliers développent ainsi une fonction intellectuelle essentielle. Probablement, l’accès à l’analyse est plus facile sur la langue, parce que, la langue est ce qui se prête le plus facilement au jeu : on joue avec les mots. Et la dimension « jeu » permet l’accès à la dimension « analyse ». Ce que le protocole de Jean-Jacques montre au travers du support phrastique que choisit le maître de grammaire qui conduit les élèves, outre l’analyse grammaticale, à « jouer », à récrire à leur manière des structures syntaxiques. La grammaire, un jeu d’enfant ? un jeu d’élèves…

(...)

 Eléments de compréhension du processus de glissement conceptuel

Au cœur de notre recherche, le processus de glissement conceptuel est un geste professionnel d’étayage. Il est un organisateur de l’activité enseignante, il est centré sur le savoir à enseigner. Il forme un intermédiaire ou une passerelle entre l’objet enseigné et l’objet appris, entre la réussite d’une tâche scolaire et l’apprentissage. L’objet est appris, si il y a secondarisation (donc glissement), l’objet de savoir ayant été interrogé par les élèves, sur lequel ils ont exercé des activités de pensée. Le glissement conceptuel est un observable de secondarisation, sur un protocole de classe. C’est le signe d’un dépassement sémantique vers une formalisation grammaticale abstraite. Le glissement s’effectue au moyen d’un support phrastique : la phrase issue d’un pattern linguistique, dont le statut évolue, selon l’exigence didactique, de la phrase problématisée à une phrase modèle d’objet grammatical. La phrase modèle est la visée secondaire atteinte, le modèle de savoir linguistique institué, le modèle à retenir, la forme finalisée de l’étude de la phrase. Nous avons décrit plusieurs types de glissements conceptuels que nous distinguons selon deux grandes classes : les glissements conceptuels liés à l’étayage (le rapport entre la réponse de l’élève et l’institutionnalisation du savoir) : les glissements institutionnalisants (le maître généralise par abstraction la bonne réponse obtenue), les glissements remédiants (le maître généralise sans avoir obtenu une réponse ou sans avoir obtenu une bonne réponse), les glissements instrumentés (le glissement reste implicite, l’instrument permet aux élèves de trouver la bonne réponse, mais elle n’est pas institutionnalisée). les glissements conceptuels liés au langage grammatical, en relation avec des paliers de conceptualisation: glissements conceptuels sémantiques (avec le sens comme essentiel outil d’analyse), thématiques (ou la prise en compte du thème/rhème, sur la base du texte), morpho-syntaxiques (avec la marque orthographique comme repère) et purement syntaxiques (en termes de propriétés et relations des éléments et structures de la phrase) : le savoir institué sur le fonctionnement interne de la langue.  Eléments de compréhension de la stratégie des maîtres de grammaire Notre cadre d’analyse (inspiré des théories développées par Sensevy) nous a permis de remarquer quelques stratégies explicatives des pratiques enseignantes. Ces distinctions sont une première ébauche.

(...)

Nous avons ainsi déterminé : une stratégie opportuniste (agir selon les circonstances, visée adaptative à la situation), une stratégie impatiente (agir avec hâte pour faire avancer les apprentissages, visée immobile, non adaptative à la situation), une stratégie accompagnante (agir en aidant soi-même les élèves, ressource externe), une stratégie questionnante (agir en étayant suffisamment pour que les élèves s’aident par eux-mêmes, trouvent en eux-mêmes leurs ressources, ressource interne). Il nous est apparu une articulation entre les stratégies réalisées des enseignants en classe, leurs conceptions personnelles sur la grammaire et leurs bagages syntaxiques. La culture syntaxique du sujet enseignant influe sur sa pratique de classe. De même, leurs cours de grammaire semblent affectés par les conceptions personnelles sur la grammaire (conceptions positives, négatives, ou mitigées : la grammaire est trop complexe et prématurée pour les jeunes élèves de l’école élémentaire). Nous avons aussi observé une variabilité significative des finalités enseignantes : entre finalités instrumentales (faire de la grammaire pour écrire) et finalités réflexives (faire de la grammaire pour réfléchir) autour d’un axe vertical de finalités juridiques (tous les enseignants font de la grammaire pour faire respecter un code grammatical). Faire de la grammaire, c’est, somme toute, toujours faire respecter une norme langagière, tout en développant une connaissance formelle sur une pratique quotidienne du langage.

(...)

Pour conclure en termes de formation professionnelle des enseignants (objectif final d’une analyse de l’activité en Didactique Professionnelle), la caractérisation de la médiation grammaticale en école élémentaire nous conduit donc à reconnaître : o d’une part, l’existence d’un « jeu d’apprentissage grammatical » commun, qui fait partie d’un patrimoine commun d’enseignement - apprentissage grammatical, opérationnalisé par les concepts organisateurs partagés d’une SCS (structure conceptuelle de la situation) qui sont l’ajustement et le glissement conceptuel, avec des supports langagiers et des tâches grammaticales afférents; o et d’autre part, l’existence de stratégies personnelles d’enseignement, de procédures didactiques particulières, de profils enseignants aux finalités contrastées, référés à des modèles opératifs des acteurs, constituant la singularité de leur activité professionnelle. Cette mise en relief nous semble porteuse pour la formation des enseignants, trop souvent déconnectée du « travail réel ». A partir d’une compréhension très générale (car il ne s’agit pas d’enseigner aux professeurs la structure conceptuelle de la situation, encore moins leurs modèles opératifs, qui appartiennent au domaine d’une recherche à transposer), une réflexion formative pourrait s’opérer : o sur la temporalité nécessairement liée à un apprentissage grammatical progressif, les paliers de conceptualisation, o sur les nécessaires ajustements du type de grammaire au niveau de la classe, o sur les glissements conceptuels et leur mécanique, une manière spécifique de mettre en œuvre une secondarisation dans l’enseignement de la grammaire. Plus directement, nous pouvons traduire en démarche de formation les résultats de notre analyse, avec l’idée qu’il convient que l’enseignant apprenne à contrôler les épisodes de glissement, à la fois chez lui et dans l’effet produit sur les élèves. - Il conviendrait de permettre aux jeunes enseignants, par debriefing, d’analyser la manière dont ils ont procédé à des glissements (comme le soulignent Goigoux et Bautier, les enseignants sont très peu conscients de leurs pratiques de secondarisation). On pourrait leur permettre notamment d’identifier les épisodes de glissement qu’ils ont produits, de les caractériser, d’évaluer leur pertinence dans les effets produits chez les apprenants. - Il serait aussi souhaitable de leur faire travailler les trois dimensions de l’objet « grammaire », que nous avons précédemment décrites : norme, jeu, analyse et peutêtre leur faire prendre conscience de leurs convictions et motivations, leurs conceptions sur la grammaire à interroger. Il s’agirait également d’interroger l’objet didactique dans toute sa complexité d’assimilation conceptuelle. L’enseignement de la grammaire interroge en termes de champ conceptuel, de théories pré-linguistiques et linguistiques et de transposition didactique. L’usage de théories pré-linguistiques ou linguistiques renvoie à un savoir savant qui n’est pas encore complètement stabilisé et qui peut rendre problématique la transposition didactique.

Autant de faits sur l’exercice du métier qui méritent une transposition en termes de formation professionnelle. Cette transposition pourrait enrichir le « contrat professionnel » de l’enseignant, son portefeuille de compétences. Ce serait, notamment, une réflexion ouverte sur la dimension de ce contrat, une interrogation sur comment l’enseignant se saisit de la prescription sur l’enseignement de la grammaire, à travers l’activité concrète d’apprentissage grammatical, pour y développer la finalité de secondarisation et le moyen opératoire de glissement conceptuel. Un ensemble d’actions de formations pourraient ainsi favoriser des prises de conscience, participer au développement de compétences9 . Il conviendrait de conduire les professionnels à être, avant tout, conscients que les finalités enseignantes consistent à tirer les élèves du registre pragmatique (le faire, le réussir) vers le registre épistémique (le comprendre, l’assimilation d’un savoir), avec l’idée vive que la réussite de la tâche scolaire n’implique pas automatiquement l’apprentissage. Ce n’est pas un critère suffisant pour s’assurer de l’assimilation du savoir. Il n’y a pas forcément coïncidence entre les connaissances « bricolées » par les élèves et les savoirs qu’on souhaite faire appliquer et apprendre. Il y a vraisemblablement tout intérêt à s’intéresser au comment l’élève résout un problème ; sa manière d’accomplir la tâche scolaire renseigne davantage que le résultat. Ces prélèvements d’indices d’apprentissage donnent assurément des clés d’optimisation de la didactique. Enfin, précisons que la didactique professionnelle cherche à faire apprendre une activité professionnelle : une lecture et intelligence particulière de la situation de travail, la construction et la mobilisation de compétences à exercer dans des situations singulières, la reconnaissance de situations typiques à mettre en relation avec un répertoire de compétences singulières. Ceci nous semble constituer un projet de formation fondé sur une analyse du travail enseignant telle que nous l’avons exercée dans notre étude. Le principe général d’une formation professionnelle enseignante serait finalement de transformer – en formation – la variété des situations rencontrées en une variation autant que possible ordonnée, répertoriée, réfléchie et appropriable dans une perspective de didactique des situations professionnelles.

Conclusion de la thèse: recherche doctorale sur l'analyse de l'activité d'enseignants en grammaire

ANALYSE de l'ACTIVITE D'ARTISTE-PEINTRE

Enquête sur le travail d'un artiste peintre.

L’enjeu de cette recherche est de considérer le travail d'artiste-peintre comme un métier comme un autre, ou presque. Il s'agit d'analyser cette activité professionnelle (pour ceux qui en vivent financièrement) entre généricités et spécificités dans une optique de didactique professionnelle et de conceptualisation dans l'action, tout en faisant appel à certains concepts issus de la psychologie du travail et de l'ergonomie. 
Comprendre le fonctionnement du métier d'artiste - peintre permet une lisibilité des situations de peinture, la modélisation de gestes professionnels et d'ouvrir à des perspectives de développement de l'apprentissage de la peinture... 

RESULTATS DE RECHERCHE

PRESENTATION DES RESULTATS LORS DE LA COMMUNICATION #4 AU COLLOQUE INTERNATIONAL DE DIDACTIQUE PROFESSIONNELLE EN NOVEMBRE 2019 :

COMPRENDRE L’ACTIVITE D’UN ARTISTE PEINTRE : UNE INTELLIGENCE A L’ŒUVRE, Philippe Clauzard

 Texte en pdf

Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre
Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre
Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre

En 1955, Henri-Georges Clouzot propose à Pablo Picasso un projet de film dont il sera le sujet unique. Ainsi nait "Le mystère Picasso". Tourné pendant l’été 1955 aux studios de la Victorine à Nice, ce chef-d’œuvre mettant en scène Picasso en train de peindre permet de saisir le processus de création du génie espagnol.

C'est bel et bien le premier film qui enquête sur le travail d'un artiste peintre.

La rencontre entre Clouzot et Picasso est de trente ans antérieure au film. Dès le milieu des années 1920, Clouzot, provincial âgé de dix-huit ans, s’installe à Paris et suit son oncle dans les cénacles artistiques. Il ébauche alors une amitié avec le peintre, déjà admiré et courtisé.

Le projet d’une collaboration est évoqué pour la première fois en 1952, alors que les deux hommes sont désormais voisins, Picasso vivant à Vallauris et Clouzot, auréolé du succès du Salaire de la peur, à Saint-Paul. «  C’est une bonne idée, il faudra en reparler » sont les mots du peintre quand Clouzot expose l’idée de faire « un film ensemble ».

Le projet ne sera relancé que trois ans plus tard, au moment où Clouzot s’affirme dans la pratique de la peinture. Il a présenté ses toiles à Braque, puis à Picasso, qui se montre assez critique mais très attentif. Des mésententes subsistent quant au bien-fondé de cette collaboration, notamment quand Picasso propose à Clouzot de lui écrire un scénario. Il se fait alors éconduire par le cinéaste qui lui explique qu’il est préférable que chacun reste à sa place et que c’est la rencontre entre les deux hommes qui l’intéresse, pas la substitution de leurs talents respectifs.

Puis, au printemps 1955, Picasso appelle Clouzot pour lui parler de stylos feutres fabriqués aux États-Unis et qu’il vient de recevoir. Ces stylos ont la particularité d’avoir une encre capable de transpercer tout un bloc de pages, et a fortiori une toile. Le déclic s’opère, le procédé est trouvé : filmer la toile à l’envers et ainsi « assister à l’œuvre de création ». Au départ, les deux hommes, qui louent à leur frais les studios de la Victorine à Nice, entendent réaliser un court métrage de 10 minutes. Évidemment, l’ampleur du projet demandera beaucoup plus de temps et de métrages…

SOURCE : WIKIPEDIA

C'EST LE SCENARIO CREATIF DE REALISATION D'UN TABLEAU A PARTIR D'UNE AUTOCONFRONTATION

Cette vidéo montre la manière de travailler de Donato Grieco, étape par étape, du dessin jusqu’au glacis final.

  1. Il utilise ici un support de toile sur châssis sur laquelle il a peint une première couche d’un ton ocre rouge. L’acrylique est ce qu’il y a de mieux pour ça, étant une peinture à l’eau, elle a l’avantage d’être bien absorbée par la toile et de sécher rapidement, donc si vous peignez à l’huile par dessus pas de risque de craquelure à ce niveau là. La teinte pour le fond n’est pas choisit par hasard, le « rougeâtre » ou l’ocre rouge étaient couramment utilisés jusqu’au XIXe siècle (jusqu’à l’arrivée des Impressionnistes). Cette teinte permet de réchauffer les couleurs et donc de donner une ambiance plus intimiste au sujet, cela favorise entre autre l’emploi du « clair-obscure ». Vélasquez, le Greco et Rembrandt par exemple utilisaient ce genre de fond brun-rougeatre.
  2. Il exécute le dessin à la craie de manière très sommaire. Il met en place le « squelette de la composition, » pour le citer.
  3. Ensuite il trace les lignes principales à la peinture à l’huile dans une teinte foncée avec un fin pinceau, afin de marquer cette composition.
  4. La 4e étape est celle où il place les ombres et les lumières qui vont construire l’oeuvre. Un brun sombre pour les ombres et un mélange d’ocre jaune et blanc pour les zones de lumière. Le maître Donato Grieco appelle cela la « grisaille« , c’est-à-dire peindre en camaïeu, utiliser différents tons d’une seule couleur, bien que normalement ce soit le gris, d’où son nom. La grisaille doit affirmer la structure et progressivement accentuer les contrastes. C’est ainsi que le clair-obscure sera obtenu. 
  5. Une fois la structure faite, voilà l’étape de mise en couleur, « pour enrichir la texture ». On peut voir dans la vidéo qu’il place grossièrement par aplats les couleurs, puis avec un autre pinceau ou bien même avec ses doigts, ils les estompent pour créer des effets de fondu, réaliser ce qu’on appelle picturalement un « modelé » (déf : Forme et relief donnés à une figure à l’aide des couleurs, des valeurs, des ombres et des lumières, Dictionnaire technique de la peinture : Pour les arts, le bâtiment et l’industriehttp://ir-fr.amazon-adsystem.com/e/ir?t=techniquede07-21&l=as2&o=8&a=2903319286 par André Beguin)
  6. Puis la vidéo le montre appliquer une couche d’un liquide blanchâtre sur toute la surface du tableau une fois sèche. Ensuite il met en place les glacis (à ce stade on comprend que le peintre utilise ici de la peinture acrylique, et non de l’huile). 
  7. Enfin, dernière étape, l’application des glacis. Un glacis étant une fine couche de peinture transparente. Ceux-ci permettent de préciser le travail, de rehausser les tons et de donner vie au sujet par les éclats de lumière ou de couleurs placés judicieusement. A la fin de la vidéo, le peintre a retravaillé tous les détails, le tableau est net et précis.

EXTRAIT DE L'ARTICLE EN LIEN CI-DESSOUS

Autre film de démonstration d'un peintre au travail.

Painting demo from Tan's Fine Art Studio by Zimou Tan. A painting of Gregory, the poet, it is always a pleasure to paint such great face! Enjoy! If you enjoy my works and videos, become a patron to support me to create more for you to enjoy, you can support me starts as little as $1, or more. Thank you for your kindness and appreciations of my creations. https://www.patreon.com/zimoutan?ty=c

TECHNIQUES PICTURALES

La chaine officielle de l'émission de France 3. C'est pas sorcier, le magazine de la découverte et de la science.

Jamy a transformé le camion en atelier d'artiste : il veut devenir peintre ! Pour aider son compagnon de route, Fred part à la rencontre de spécialistes qui nous dévoilent de petites choses essentielles sur les couleurs, les supports, les techniques de perspectives et les jeux de lumière... Pourquoi prépare-t-on les toiles ? Quels sont les pigments et les matériaux utilisés dans la fabrication de la peinture ? Quelles sont les différences entre l'aquarelle et la peinture à l'huile ? Comment peut-on donner un effet de profondeur et de relief à son tableau ?

Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre
Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre

ENCYCLOPEDIE WIKI PICTURALE

 

Un artiste est un individu faisant (une) œuvre, cultivant ou maîtrisant un art, un savoir, une technique, et dont on remarque entre autres la créativité, la poésie, l'originalité de sa production, de ses actes, de ses gestes. Ses œuvres sont source d'émotions, de sentiments, de réflexion, de spiritualité ou de transcendances. Dans un sens commun, et plutôt péjorativement ou pour la disqualifier, on parle également d'artiste ou de poète à propos d'une personne étrange, marginale, oisive, rêveuse, qui fait n'importe quoi, de quelqu'un qui n'a pas le sens des réalités, des règles, et est parfois considéré comme rebelle ou fou mais qui peut aussi à l'inverse être apprécié comme faisant preuve de génie.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Artiste

 

L’impressionnisme est un mouvement pictural né de l'association d'artistes de la seconde moitié du xixe siècle vivant en France. Fortement critiqué à ses débuts, ce mouvement se manifeste notamment de 1874 à 1886 par des expositions publiques à Paris, et marqua la rupture de l'art moderne avec la peinture académique, qui était très en vogue à l'époque. Ce mouvement pictural est principalement caractérisé par des tableaux de petit format, des traits de pinceau visibles, la composition ouverte, l'utilisation d'angles de vue inhabituels, une tendance à noter les impressions fugitives, la mobilité des phénomènes climatiques et lumineux, plutôt que l'aspect stable et conceptuel des choses, et à les reporter directement sur la toile. L'impressionnisme eut une grande influence sur l'art de cette époque, la peinture bien sûr, mais aussi les arts visuels (sculpture, photographie impressionniste dont le pictorialisme est le relais, cinéma impressionniste), la littérature et la musique.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Impressionnisme

 

L'expressionnisme est un courant artistique figuratif apparu au début du XXe siècle, en Europe du Nord, particulièrement en Allemagne. L'expressionnisme a touché de multiples domaines artistiques : la peinture, l'architecture, la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique, la danseetc. L'expressionnisme fut condamné par le régime nazi qui le considérait comme un « art dégénéré ». L'expressionnisme est la projection d'une subjectivité qui tend à déformer la réalité pour inspirer au spectateur une réaction émotionnelle. Les représentations sont souvent fondées sur des visions angoissantes, déformant et stylisant la réalité pour atteindre la plus grande intensité expressive. 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Expressionnisme

 

Un tableau produit par intelligence artificielle vendu chez Christie’s plus de 40 fois son estimation

Pour la première fois, Christie’s mettait en vente un tableau "peint" par un programme d’intelligence artificielle. Le portait d’un personnage fictif, Edmond de Belamy, issu d'une série produite par le collectif français Obvious. Sa vente jeudi 25 octobre a été un grand succès : estimé 7000 dollars, il a été adjugé pour 432.500 dollars. Le nom de l'acheteur n'est pas encore connu.

https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/un-tableau-produit-par-intelligence-artificielle-vendu-chez-christies-plus-de-40-fois-son-estimation_3368107.html

 

Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre
Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre

Les 10 choses à savoir sur le métier d’artiste-peintre, extrait de Technique de peinture.Com

ANALYSE DU TRAVAIL DU FORMATEUR

PRESENTATION A POURSUIVRE

&

TRAVAUX DE RECHERCHE EN COURS

Question de recherche, l'analyse des jeux didactiques et enjeux épistémiques en pédagogie universitaire et formation des adultes, approche analyse du travail, clinique de l'activité et didactique professionnelle : 

- travail prescrit/travail réel

- empêchement du travail

- pouvoir d'agir

 

Question de recherche, l'analyse des jeux didactiques et enjeux épistémiques en pédagogie universitaire et formation des adultes, approche innovante :

- une didactique connectiviste (teintée de Connexionnisme)
- une didactique combinatoire et innovante qui pense la classe inversée pour formation d'adultes et la plus value numérique à l' université...

- une didactique inclusive qui prend l'étudiant là où il se trouve, dans sa spécificité ou sa zone de proche développement/potentiel d'apprentissage et qu'il accompagne sur le chemin de l'apprentissage avec des modules et prises en charges spécifiques et appropriées

SCHEMAS ISSUS DU LIRDEF - BUCHETON - SOULE- CHABANNE

Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre
Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre
Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre
Recherches-Enquêtes sur le travail : de l'enseignant, du formateur à l'artiste-peintre

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :