Le printemps de la recherche part 1

Publié le 10 Avril 2020

Question d'initiation à la recherche :

 

Il ne suffit pas d'effectuer le constat de quelque chose pour le faire reconnaître comme vrai : il faut en faire la preuve avec une démonstration liée à une procédure de recherche.

C'est le postulat de départ de toutes recherches. La rigueur est d'autant plus nécessaire que les risques de subjectivité sont importants. La tâche du chercheur est de construire des objets de recherche, tout en étant conscient de sa propre et inévitable subjectivité. C'est dans un cadre théorique de référence que repose l'élaboration d'une problématique à partir de laquelle seront émises des hypothèses de travail à vérifier auprès d'une certaine population à l'aide d'un choix d'outils adaptés à ce qu'on veut regarder et comprendre. Les données recueillies seront ensuite analysées selon un choix de procédure permettant d'atteindre les objectifs de la recherche. L'interprétation résulte d'un dialogue entre les éléments analysés, apportant réponse à la problématique, et cela en fonction des éléments théoriques de base. On peut aboutir à une évolution parfois des éléments théoriques de base au moyen des résultats de l'interprétation. Cela apparaîtra dans ce que l'on appelle la discussion. 

 

Tout commence avec la question de départ, celle-ci définit le thème de la recherche, son objet d'étude et son champ d'analyse sociologique historique au psychologique, ergonomique...

La question de départ relève d'un questionnement initial sur ce que l'on souhaite comprendre un phénomène du réel. La question de départ consiste en une formulation précise et concise de ce que l'on cherche à savoir. C'est le fil conducteur de l'investigation. Il articule un problème à un faisceau de questionnements et d'observations.

Après le recueil de différentes informations théoriques et empiriques en lien avec cette question initiale. On peut construire la problématique en inscrivant la question de départ dans la perspective théorique choisie. Ce stade de travail suppose de se documenter sur le sujet que l'on étudie en bibliothèque ou chez soi grâce aux ressources documentaires de l'Internet (sous condition de toujours, vérifier les sources de l'information obtenue). Il est aussi utile d'effectuer une préenquête ouverte avec des observations et des questions ouvertes sur le terrain d'étude. La question de départ va être interrogée, approfondie, reformulée sous la forme de plusieurs questions articulées qui vont ouvrir des axes de recherche. Pour ce faire, on va transformer l'énoncé de la question initiale en un sujet de réflexion, car tout travail de recherche engage nécessairement de la réflexion, voire de la réflexion sur la réflexion au sujet de ce que l'on souhaite comprendre d'un phénomène. Le but est d'envisager les principaux aspects de la thématique abordée en prenant bien en compte les recherches les plus récentes réalisées sur cet objet d'étude, d'où la nécessité d'effectuer une revue de littérature sur la thématique abordée.

 

Question de problématique et de formulation des hypothèses

 

La problématique va poser des hypothèses et ainsi déterminer les limites de son questionnement et de ce que l'on cherchera à découvrir, à comprendre. Cette étape de délimitation est essentielle; c'est un filet de sécurité, un cadre. 

Le chercheur construit ainsi à partir d'un certain nombre de critères son système de recherche. Il convient de passer d'une thématique de recherche à une problématique de recherche. 

La thématique de recherche n'est pas choisie par hasard. Souvent, elle est générée par des motivations personnelles ou des préoccupations liées à une situation. On souhaite comprendre une situation si on actionne telle variable ou telle autre, auquel cas la recherche s'avère expérimentale. Le travail de recherche démarre à partir d'une expérimentation ou d'une description fine. Le but d'une recherche est de dégager du sens dans un contexte singulier, un sens nouveau qui n'apparaissait pas avant cette étude. Il convient d'apporter quelque chose d'inédit.

 

Cette élaboration initiale comprend 5 phases fondamentales. 

 

- l'état de la littérature ou la consultation de travaux antérieurs pour faire le point et enrichir son point de vue 

- l'immersion sur le terrain, relevant de la thématique, qui conduit à une observation libre pour faire émerger d'autres interrogations résultantes des éléments qui peuvent interpeller. Il s'agit de faire apparaître des aspects singuliers du contexte sans a priori. Le chercheur peut accéder alors à une compréhension de la dynamique interne des phénomènes situationnels en partant d'une réalité de terrain. Il est aussi possible de saisir si les concepts empruntés à différents champs théoriques gardent réellement tout leur sens une fois sur le terrain. Auquel cas, il faut en changer. 

- la reconnaissance de son implication. Il faut que la représentation personnelle que le chercheur possède sur l'objet d'étude soit éclaircie. Il convient d'apprécier quelle signification le chercheur prête à l'objet d'étude, afin qu'investissement et attentes dudit chercheur, quant à cet objet, soient contrôlés. Car il convient toujours de sauvegarder l'objectivité contre la subjectivité personnelle. De plus, notons que cette implication est évolutive, elle doit être régulièrement mesurée au cours de la recherche. Il est parfois recommandé de rédiger un journal de recherche permettant de consigner par écrit l'évolution d'un point de vue personnel, de son vécu, de ses représentations de façon à clarifier, à mettre sur le papier certains éléments de sa subjectivité. C'est un moyen de mettre à distance et de discuter de son implication dans la recherche. C'est en fait le journal du chercheur ou de l'apprenti chercheur. 

- la faisabilité, à apprécier afin d'éviter de se fourvoyer dans une voie sans issue ou inversement d’énoncer des évidences,  de ne pas être en mesure d’opérer sur le terrain d'étude qui est envisagé, faute d'autorisation, de partenaire, de collaboration institutionnelle qui s'avèrent incontournables.

 - l'élagage, parce qu'on ne peut pas tout étudier relativement à un phénomène. Aussi, pour rendre sa problématique opérationnelle, il convient de se limiter. Il faut passer d'un domaine de recherche à un objet de recherche ciblé, circonscrit. Il faudra procéder à un élagage, à une perte d'information, parfois vécue comme une frustration. Certes, au départ le chercheur tourne autour de sa question de départ, il échafaude des plans, des hypothèses,  des questions diverses. Il en explore tous les domaines, tous les aspects. Il démultiplie les mots clés et les idées. Cependant plus tard, il faut effectuer des choix, il faut se restreindre, il faut se focaliser sur un seul des aspects de la question centrale et l'émission des hypothèses en est un moyen.

 

La formulation d'hypothèses permet de bien délimiter et cerner ce que sera et ce que ne sera pas la recherche en question. Une hypothèse est une affirmation a priori. Elle met en relation une conduite avec la cause supposée à cette conduite. C'est une réponse supposée à la problématique posée. C'est une affirmation parce qu'à une question peuvent correspondre plusieurs réponses. L'hypothèse devra alors être validée ou invalidée par l'analyse des données recueillies. Lorsqu'une hypothèse n'est pas validée, c'est-à-dire reconnue comme vraie par l'analyse des données, elle est considérée comme fausse. Elle est posée a priori, car sinon ce serait une conclusion. Elle met en relation qu'une seule conduite avec une seule cause, car il n'est pas possible de démontrer deux choses en même temps. Toutefois, il est toujours possible de poser plusieurs hypothèses. Chacune des hypothèses proposées devra faire l'objet d'une démonstration.

 

Pour poser une hypothèse, il suffit de répondre a priori à chacune des questions de la question centrale apparue lors de la construction de la problématique en veillant à mettre en relation une conduite avec une cause, et une seule. On parle aussi d'hypothèses primaires et d'hypothèses secondaires. L'hypothèse secondaire vient apporter une précision à l'hypothèse primaire ou bien la moduler. Elle peut répondre à une dimension spécifique de l'hypothèse primaire , introduire une dimension particulière d'ordre psychologique, biologique, économique ou socioculturel. Le principe est de poser des hypothèses dans l'espoir de les valider. Toutefois, il faut avoir à l'idée qu'une hypothèse démontrée comme fausse peut tout autant qu'une hypothèse démontrée comme vraie, faire avancer la connaissance, la compréhension du phénomène que l'on souhaite. Ce qui est le but essentiel d'une recherche. Lorsque les hypothèses sont émises, il faut rechercher où et auprès de qui recueillir l'information attendue.

 

Librement inspiré de "Réussir son master en sciences sociales et humaines", de Yvan Abernot et Jean Ravestein, Dunot / "Comment réussir son mémoire, Jean-Pierre Fragnière, Dunod / Le mémoire de master, Michel Kalika, Dunod

À suivre au prochain épisode : le recueil des données, les outils de recherche...