01 Repères généraux du site

Former des adultes ou des enfants, c'est toujours amener un groupe d'apprenants d'une situation initiale à une situation projetée, appelée l'objectif de la formation (sur plusieurs semaines) ou bien l'objectif d'apprentissage (sur une séance).

On met en œuvre un ensemble de moyens appelé un système pédago-didactique pour atteindre cette situation projetée ou situation finale.

Les moyens sont les diverses techniques pédagogiques que le formateur met en œuvre, les auxiliaires pédagogiques à sa disposition, les attitudes pédagogiques du formateur, l'environnement de la classe.

Former, c'est transformer des représentation initiales (pré-scientifiques) en représentations souhaitées de type scientifique.

 

Former, c'est réguler la progression des apprentissages, étayer leur compréhension-conceptualisation, rendre conscient les apprenants des marges de progression : stimuler l'autoévaluation et des écrits réflexifs.

 

Trois pivots dans l'acte formatif :

- la conceptualisation-secondarisation,

- la progressivité 

- la régulation

 

Pour préparer la formation
 
nous disposons de l'ingénierie de formation qui en conçoit les plans  après un diagnostic de situation (une analyse des besoins, ou plutôt une analyse du travail en situation pour déterminer les besoins réels de formation en termes d’acquisition de schèmes d'action professionnelle (ou règles d'action), de mises en  perspectives d'invariants et de singularités favorisant le développement d'un pouvoir d'agir et d'un pouvoir de  s'adapter à la variabilité des situations de travail (cf. la didactique professionnelle).

Le travail d'équipe peut exiger des approches particulières propres à la psychologie du  travail qui conduisent à reconstruire un genre  professionnel en y rapatriant des styles ou manières de faire individuels.  

Enfin l'agencement didactique est un outil et une méthode  qui favorise l'anticipation  des séances de formation grâce aux multiples  questionnements que peut se poser le formateur.

Le face à face pédagogique se comprend comme un jeu didactique entre co-acteurs (les formateurs et les enseignants). Un formateur est gagnant lorsque l'apprenant gagne son apprentissage ! (cf la théorie de l'action conjointe en didactique).
 

Pour ce faire, n'oublions pas qu'une séance de formation n'est pas conçue  pour celui/celle qui transmet mais pour celle/celui qui apprend ! (D’après Henri Boudreault, PhD UQUAM Québec)

Pour conclure, la démarche réflexive et l'analyse des activités du formateur sont au coeur de sa professionnalisation qui demande de connaître les théories de l'apprentissage, les grands concepts
didactiques, des éléments de psychologie de l'éducation et de l'ingénierie de formation, des notions ergonomiques afin de se distancier de son activité formative et de la modéliser.

 

Ici quelques mots sur l'ergonomie...

L’ergonomie a pour objet de comprendre le travail pour contribuer à la conception et à la transformation des situations de travail en agissant positivement sur les dispositifs techniques, les moyens et les environnements, sur l’organisation  et les individus.

L’ergonomie vise à améliorer la santé, la sécurité, le confort des personnes au travail ainsi que l’efficacité du travail en modélisant les opérations cognitives en jeu au travail…

L’ergonomie postule une adaptation du travail aux hommes (et non l’inverse, adapter l’homme au travail comme avec le taylorisme…). Pour l'ergonomie, tout commence avec l'observation d'un écart entre le travail prescrit et le travail réel. Que signifie cet écart ? Un manque ou une plus value ? 

Interroger cet écart est un des enjeux essentiels de toute analyse de l' activité professionnelle, à l'origine de dispositifs de formation (principe de la Didactique professionnelle).

FOCUS SUR L'AGENCEMENT DIDACTIQUE

Question des savoirs : Quels savoirs académiques ou concepts transmettre ? Quels savoir-faire ou savoir-être enseigner ? Quelles conceptions initiales à faire évoluer les apprenants ont-ils ? Quels obstacles d'apprentissage à évaluer ? Quelles limites définir dans les apprentissages en termes de minima et maxima ? Quelles actions sur les concepts ?

Question des représentations : Quelles sont les représentations partagées et singulières des apprenants sur un savoir/savoir faire/savoir être donné ? Quelles sont les représentations du formateur sur ce même sujet ? Quels obstacles franchir ou contourner ? Quelles stratégies de formation-apprentissage développer ?

■ Question des attendus du dispositif : Qu’est-ce que je veux que l'apprenant comprenne? En termes de savoirs, de savoirs faire, de savoirs être ou de dimension sociale… que doit-il acquérir ? Et en fonction de quelle ZPP (zone de proche développement) ? Possibilités d’apprentissage ni trop, ni en deçà… à séquencer… ? Quels sont les résultats attendus en terme de savoir, savoir-faire et savoir-être ? De quoi va-t-il prendre conscience? Qu'est-ce que je veux que l’apprenant sache faire? De quoi doit-il être capable? Seul ou accompagné? Qu'est-ce que je veux que l'apprenant soit? Que peut-il être? Devenir ? Changer?  L'action de formation peut-elle avoir un impact social? Si oui lequel, et à quelle condition?

■ Question des formes de savoirs : sous quelle forme les savoirs vont-ils apparaître? vais-je choisir des formes de savoir discursives ? Sonores ? Virtuelles ? Iconographiques ? Vais-je varier les formes de savoir? Pour maintenir l'intérêt? Pour utiliser les atouts et contrer les limites de chacune d'elles ? Quelles seront les différentes origines des formes de savoir ? Origines réelles? Extraites de l'environnement? Construites sous forme par exemple de maquettes ? Peuvent-elles être apportées à l'apprenant? L'apprenant peut-il se déplacer pour aller voir la forme de savoir, voir le savoir dans son contexte?

Question des activités visées chez les apprenants : quelles activités cognitives ? Quelles activités sensori-motrices ? Observation ? Émission d'hypothèses ? Expérimentations ? Comparaison? Déductions, analyses? Mises en relation?  Quels leviers pour transformer? Quels bonds cognitifs ou éléments de secondarisation? Quelles "activités de pensée" sur le « faire » ? (Clauzard, 2008-2014)

■ Question de la posture du formateur : Quel sera le rôle du formateur? Directif ? Contrôleur ? Étayant ? Facilitateur ? Organisateur ? Médiateur? Quel sera le rôle du formateur? Dirige-t-il, contrôle-t-il la séance ? Donne-t-il les consignes ? S’assure-t-il que c'est compris? Recentre-t-il toutes les fois que c'est nécessaire ? Soutient-il l’activité les apprenants ? Encourage-t-il les interactions ? Stimule-t-il l’activité des apprenants et comment? Accompagne-t-il ceux qui en ont le plus besoin et comment ? Quelles aides à l’apprentissage prévoit-il? Suscite-t-il le questionnement ? Propose-t-il des régulations en cas de difficultés ? Comment organise-t-il le suivi du travail de l’apprenant ? Aide-t-il à construire la synthèse ? Annonce-t-il la suite de l'agencement didactique ?

Question des consignes de travail et maintien de l’orientation ? Quelles sont-elles ? Les consignes, organisent-elles la rencontre entre l'apprenant le savoir ? Disent-elles à l’apprenant ce qu'il doit faire pour comprendre sans donner la réponse ? Permettent-elles d'organiser le travail du groupe ? Sont-elles générales ou bien adressées à une personne en particulier? Quelles sont leurs précisions ? Efficacité ? Quelle est la clarté des termes employés ? Les consignes et les orientations du travail peuvent-elles être écrites ?

Question des indicateurs de difficultés ? Quelles anticipations et régulations ? Quels sont les indicateurs de difficulté ? Le formateur anticipe-t-il en déterminant quels sont les signes qui indiqueront que l'apprenant est en difficulté ? En fonction des difficultés potentielles, le formateur anticipe-t-il et prévoit-il un certain nombre de régulations ?

Question des indicateurs de résultats : Lesquels sont-ils ? Le formateur mesure-t-il l'impact de l'action à partir des indicateurs qui le renseignent sur la construction des savoirs pour chaque apprenant ? Les indicateurs de résultats tiennent-ils lieu d'évaluation « en situation » ?

FOCUS SUR LES PIVOTS DE L'ACTE FORMATIF :

- la conceptualisation-secondarisation,

- la progressivité 

- la régulation

FOCUS SUR LES ORGANISATEURS DE LA FORMATION

ET LES POSTURES DU FORMATEUR

 

 

 

...A SUIVRE...